THURY 89 - commune de Forterre
Site officiel de la commune (Yonne)
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 

 

THURY à travers les âges, dans divers documents d’archives, études et parutions.

Recherches 2007-2012 -  J-F Picot © Tous droits réservés   (ma.j. 2017)                      

L’érection de Thury en paroisse se situerait entre 432 et 446, selon l’abbé Raffiot,curé de Thury, dans son petit opuscule (1897) sur les vies de Saint Julien de Brioude et de Saint Caradeu (arch. pers). En effet, St Germain, 6ème évêque d’Auxerre venu à Saints (en Puisaye) pour reconnaître les reliques de St Prix et de ses compagnons assassinés et fonder un monastère sur le lieu de leur sépulture, s’arrêta à Thury pour l’ériger en paroisse.

I) THURY avant l’an 1000,

 -  578 - Saint Aunaire, 18e évêque d’Auxerre dénombre, lors du synode qu’il réunit à Auxerre, 37 paroisses dans son diocèse, dont Thury. Il ordonne alors, dans son Règlement liturgique, des prières perpétuelles dans tout son diocèse. Chaque paroisse avait son jour de prières et le tour de chaque paroisse revenait chaque mois. Ce fut, pour l’église de Thury le 27 de chaque mois (cité dans le Cartulaire général de l’Yonne du 6e au 13e siècles, dépouillement par M. Quantin , 1860 : Epistola Pelagii pape urbis Rome ad Aunarium Autissodorensum episcopum - 1) die Kalendarum januarii, civitas cum clero et populo rogationes faciat - XXVIII die, Tauriacuscum suis, de Aunario, An 572-603 PC. (aux Archives départementales de l’Yonne (AD89).

-  En 696 - St Tétrice, 23ème évêque d’Auxerre, ordonne que la 4e semaine des calendes d’avril et d’août (calendrier julien), l’église de Thury desservirait la cathédrale St Etienne : "Kalendes Apriles IV Ebdomada Tauriacus, de Tetrico, An 691 -706" (Relevé de l’abbé DURU in Bibliographie historique de l’Yonne aux AD89).

-  2 avril 836 -L’empereur (imperator augustus) Louis le débonnaire rappelle que lorsque saint Benoît vint au monastère Sainte-Colombe de Sens pour opérer la réforme, il attribua spécialement aux moines les villæ de Morus, Sermaise, Tauriacus, Villeperrot, etc.(...Tauriaci villam cum omnibus ad se pertinentibus, ... avec tout ce qui lui appartient) - (Cartulaire de l’Yonne, tome 1 - 26).

-  Entre le 21 et le 24 juin 841, avant de livrer bataille à Fontenoy le 25 contre Lothaire 1er, empereur, leur frère et Pépin 2, leur neveu (fils de Pépin 1er décédé en 838), Charles le Chauve et Louis le Germanique, petits-fils de Charlemagne, établirent leur camp sur une hauteur dominant Thury (Cf. le P’tit Thuycois n°61 : Thury dans la bataille de Fontenoy). La colline prendra pour cela le nom de Roichat (Roi Charles). Et contrairement à une assertion erronée et persistante lue sur Wikipédia (Rubrique "Sougères en Puisaye") le Roichat est un lieu-dit de la commune de Thury et non de celle de Sougères

-  Le samedi 25 juin 841, "après la bataille de Fontenoy en Puisaye qui se déroula entre 7 heures du matin et environ 10 heures, la majorité des vainqueurs rentrèrent, vers l’heure de midi avec les deux rois, au camp sur les hauteurs de Thury, depuis les habitants de Thury appellent le lieudit communal le Roichat (comme l’atteste Nithard et le cadastre de 1825).Le Roichat est bien situé sur la commune de Thury et non sur celle de Sougères comme s’entête à le placer un intervenant sur Wikipédia.

"Le roi Charles, après avoir reçu Guillaume, jeune fils de Bernard de Septimanie et petit-fils de Guillaume de Toulouse, conquérant de la Marche d’Espagne, quitta le camp de Thury, le jeudi 30 juin, pour se rendre en Aquitaine avec sa mère." (Extraits et réagencement de Deux planctus rythmiques en latin vulgaire du IXe siècle - 1) Sur la bataille de Fontenoy (841) - 2) Sur le meurtre du sénéchal Alard (878) par Claudiane FABRE, Université d’Orléans, in « La Chanson de Geste et le mythe carolingien, Mélanges René Louis, tome 1er, dépôt Musée archéologique régional, Vézelay, 1982 pages 177 à 228.)

Ce fut le premier évènement local d’importance. A Fontenoy Là périi de France la flor - E des baronz tut lé meillor - Ainsi trouvèrent paenz terre - Vuide de gent, bonne à conquerre -...écrivit l’historiographe Nithard.

II) de l’an mil au XIXe siècle

 

-  1147 - Bulle du pape Eugène III, confirmant que l’église de Thury dépend de l’abbaye augustine de St Laurent de Cosne ( Abbé J. Lebeuf,Histoire civile ... tome 2. preuves p. 265 - cité aussi par P. Bourgoing pp.71 et 108).

-  1328 - 1453 Guerre de Cent Ans.

-  1348 La peste noire décime les populations de l’Europe

Les conditions faites par le seigneur ecclésiastique (abbaye St Laurent de Cosne) au vicaire desservant la cure de Thury sont elles aussi revues à la baisse en raison de la ruine de l’économie française au cours de cette période. La cure est seulement imposée 20 sols au lieu de 105 en 1369 et 1370.

Pierre Bourgoin, dans Thury, village de Forterre, citant l’abbé Lebeuf, écrit pages 33 et 34 : ...les Anglois et les Navarrois qui ravagèrent la Puisaye au mois d’avril 1359 ... furent cause que les habitants de la plupart des villages se dispersèrent de côté et d’autres ... .... lorsque le bourg se repeupla vers 1460-1470 ce fut grâce à des horsains à qui Antoine de Chabannes, seigneur de Puisaye, offrait "des conditions alléchantes, leur imposant seulement de bâtir une maison bonne et convenable ... Les cens dépassaient rarement quelques deniers, ne s’élèvent en 1476 qu’à 39 sols 11 deniers repartis entre huit tenanciers ...".

-  En 1407, le meurtre de Louis d’Orléans par le duc de Bourgogne Jean sans peur (oncle de Charles VI, roi de France) déchaîne la guerre civile. Armagnacs et Bourguignons font appel aux anglais. Allié au duc de Bourgogne Jean sans peur, le roi d’Angleterre Henri V écrase les chevaliers français à la bataille d’Azincourt en 1415.

-  En 1423, c’est la bataille de Cravant gagnée par les anglais

-  Fin 15e siècle - L’église de Thury n’est pas du domaine temporel de l’évêque mais de celui de l’abbaye St Laurent de Cosne, tandis que la terre fait alors partie des possessions de Chabannes en Puisaye.

-  9 juillet 1521 Françoys Faulconnier ymagier à Auxerre fait marché avec Antoine Cas pour faire de son métier la vie de Saint Jean en huit histoires pour le portail de l’église de Thury ... (Archives départementales de l’Yonne).

-  1537 - 1538 - Terrier de la terre de Thury avec les terriers de St Fargeau, Perreuse, Lavau, Arquian, Mezilles, Villeneuve les Genêts, St Privé, Charny, Perreux, St Martin sur Ouanne (possession des Chabannes). (Archives nationales cote 90 AP 78 cité in «  Archives du château de Saint-Fargeau » (90 AP). Inventaire par Yvonne Lanhers. (1991), 192 p. (ISBN 2-86000-051-8). 6,10 € (Archives de France)

-  1541 - 8e Guerre d’Italie (il y aura 11 guerres de 1494 à 1559)

-  29 Mars 1542- Devant l’insécurité croissante due aux troupes en déplacement, la fortification de Thury par une enceinte et un fossé est accordée par lettres patentes de François 1er à la demande de Nicolas d’Anjou, seigneur temporel du lieu ; il s’y ajoute l’autorisation de tenir 3 foires le 20 janvier, le mardi de la frairie de la Pentecôte et le 3 août. (ADY E 626 cité par Pierre Bourgoin, Thury, un village de Puisaye pp.65 à 67).

-  1568 -Procédure judiciaire entre les habitants de Thury et leur seigneur (Archives nationales cote 90 AP 164-168).

C’est la période où la seigneurie de Thury est morcellée entre plusieurs seigneurs du fait de diverses successions.

-  9 octobre 1561 - Début des Guerres de Religions.

-  1568 - A Donzy, les moines de St Caradeu cherchent un abri sûr, loin du passage des armées des 2 camps, pour y déposer les reliques de leur saint Patron. Ils choisissent Thury qu’ils desservent.

-  1587- Pillage de Thury par les reîtres rejoignant les armées de Henri de Navarre, futur Henri IV. (ADY G 1666).

à suivre... (J-F Picot 29 février 2008)

-  1612 - La confrérie de St Caradeu paie la nouvelle châsse en remplacement de celle détruite en 1587.

-  1632 - La confrérie du Rosaire est installée dans l’église depuis 1632. ( Etat de la paroisse de 1683 - ADY G 1666 ).

-  14 octobre 1646 - Baptême de Hiaphard Marad, turc de Rhodes, à Thury, sous le nom de Jean Laroche.

-  30 juillet 1652 - Gilles CHEVAU décède à Thury le mardi 30 juillet 1652, à l’âge de 100 ans environ. Aux Archives départementales on peut lire dans le BMS THURY 5 MI 927 : " Le trentiesme jour du mois de juillet an que dessus a été inhumé dans l’église de Thury le corps de noble messire Gilles Chevau lieutenant âgé de cent ans ou environ ". Il sera aussi le procureur fiscal du lieu. La généalogie montre qu’il est un des grands ancêtres commun à bien des thurycois de souche d’aujourd’hui. Il a du faire partie des familles horsaines venues, en "communauté familiale", repeupler la "Puisoye" à la fin de la guerre de 100 ans.

-  20 juin 1676 - Inventaire des biens de l’église. ( ADY G 1666).

-  19 avril 1679 - Etat de la paroisse de Thury : 900 âmes - 500 communiants (individus autorisés à communier) - 400 enfants. (ADY G 1666).

-  1er mai 1683 - Etat de la paroisse de Thury : 450 communiants - 350 enfants. (ADY G 1666).

-  1er mai 1683 - Etat de la paroisse de Thury : Au Deffand, il existe une chapelle "tenante au château". (ADY G 1666).

-  22 août 1688 - Mgr André Colbert (frère du surintendant), 102e évêque d’Auxerre, fait effectuer la translation des reliques de St Caradeu dans la nouvelle châsse en bois doré qu’il a demandé - vérification est faite du certificat du 21 mars 1612 authentifiant lesdites reliques. (liasse de documents ADY G 1666).

-  1693 - Le prieur-curé constate que "la dîme des grains a été bien faible " en raison de la grêle et des vents dont ils ont été battus". (Relevé par Pierre Bourgoin, op. cit p. 162).

-  circa 1700 - "Etat des rentes et biens de la fabrique de Thury et des titres les concernant", dont : "Une rente de 4 livres et 2 poulets (due) par Filippe Durville, par sentence rendue en la justice de Grangette le 12 août 1708". (ADY G 1666).

-  4 août 1754 - Jean-Baptiste ASSELINEAU, dernier notaire royal de l’Ancien Régime, reçoit ses provisions d’office (le notaire royal était un officier public qui achetait sa charge et était nommé, après examen, par lettres patentes de provision ).

-  1755 - "Le 29 septembre, une grêle épouvantable a brisé tous les vitraux de l’église." (ADY BMS Thury). Il semblerait qu’il ne s’agit que des vitraux du chœur.

-  1764 - "Un incendie a mis en cendres le bourg de Thury, excepté la maison seigneuriale, le presbytère et l’église. Celle-ci n’a échappé aux flammes que par les efforts de M. le comte de Lauris, seigneur de Thury. Le 4 octobre 1764, le subdélégué de Gien promit de venir au secours des incendiés". ( ADY BMS Thury).

Autres pièces de la série G (archives ecclesiastiques) des Archives départementales de l’Yonne :

-  1773 - Prieuré cure de Thury : baux à dîmes. (ADY - G 2554).

-  1776- Vente par Raymond Letouffé, époux de Nicole Lucie Billetou de Bounon, procureur fiscal de la terre de Pesteau, du fief du Colombier (acheté à Marguerite de Montcorps ou à ses héritiers) à Jean-Baptiste Chevau, époux de Marie Marguerite Chevau, marchand fortuné de Thury (sources familiales pour les Billetou, d’Auxerre et les Chevau, de Thury)

-  5 juillet 1777 - Bail à ferme fait par le sieur Joseph Mariette, curé de la paroisse de Thury à Jacques Chevau, manœuvre demeurant à Panny, paroisse de Thury, et Jacques Chevau, laboureur demeurant à Gemigny, devant Me Asselineau, notaire royal à Thury. ... Loué et affermé pour 9 années consécutives la moitié de la dixme dans toute l’étendue du finage et territoire vulgairement appelé la dixme de « Dela l’eau ».... Le dit bail fait moyennant 87 livres et 1 paire de poulets par chaque année. (ADY - G 2554).

-   28 09 1778 - Bail et ferme à prix d’argent pour le temps terre et espace de 9 années : Par devant notaire au duché de Nivernois et Donzois, Joseph Mariette, chanoine régulier de l’ordre de Génovéfains, congrégation de France, prestre prieur curé dudit Thury, au sieur Symphorien Morisset, marchand à Moullery, pour 1800 livres pour chacun an et payable en trois paiement égaux de quatre mois en quatre mois, plus chacun an au recteur des écoles quatre bichets et demi de grains maiteils et orge , moitié rapé moitié comblé....(ADY - G 2554)

-  14 09 1778 - « L’année 1778 la cloche a été remontée dans un beffroi neuf ». Pour tester la solidité du nouveau beffroi les menuisiers ont fait sonner la cloche »... cela fut à l’origine des divers conflits entre l’abbé Mariette, prêtre et Louis Joseph Marie André Gabriel Comte de Lauris, capitaine de cavalerie, seigneur de Thury, la Forest Gallon et autres lieux. « Supplique d’Antoine et Germain Durville, sonneurs de la paroisse de Thury ». (ADY - G 1666).

-  1778 - 1779 - Différentes lettres de l’abbé Mariette et du comte de Lauris sont envoyés à l’évêque d’Auxerre sollicité comme médiateur (à côté des procédures judiciaires engagées et dont Antoine et Germain Durville, sonneurs de la paroisse de Thury font aussi les frais). Nous y apprenons dans une des lettres du comte que celui-ci demande que l’évêque lui fasse réponse à l’adresse suivante : « Rue et Hôtel du Berry au Marais » il y déclare « l’abbé Mariette monte mes paysans contre moi, leur seigneur ». (ADY - G 1666).

-  27 mai 1781 - Bail à ferme de la dîme du Deffand pour quatre années à Edme Millot, charron demeurant au Deffand et sa femme, en présence du Sieur Antoine Angilbert, chirurgien (arrière grand père de Casimir Félix). (ADY - G 2554).

-  6 février 1786 - Bail à ferme passé devant Me Asselineau, notaire royal au bailliage de Thury "du Comte de Lauris à Jean-Baptiste Desleau et Edme Fron, laboureur, des fours banaux dépendant de cette terre et d’un corps de bâtiment dépendant du château". (ADY 3 E 57 10)

-  14 février 1786- Procuration passée devant Me Asselineau, notaire royal au baillage de Thury : Joseph Calamard, régisseur de la terre et seigneurie de Pesselières devient le régisseur du comte de Lauris, seigneur de Thury et autres lieux. (ADY 3 E 57 10)

-  29 mai 1786 - Devis des ouvrages de maçonnerie par Martial Philippon, maçon, passé devant Me Asselineau, notaire royal au bailliage de Thury : « Devis des ouvrages de maçonnerie qu’il convient de faire pour la construction d’une maison à Thury destinée à loger le vicaire de ladite paroisse de Thury, sur un terrain de 30 pieds de longueur et de 28 pieds de large, sur lequel existe un vieux pignon. Elle sera composée d’une chambre avec cheminée du côté du midi, d’un cabinet tirant leurs jours du côté d’orient, d’un corridor entre lesdites chambres et cabinet que je déterminera au milieu de la susdite largeur de 28 pieds ... » Présents Jean Baptiste Desleau, procureur fabricien, sieur Edme Pichon, marchand, Edme Fron, laboureur et Louis Fron, marchand. Martial Philippon, maçon et tailleur de pierre de la paroisse de St médard, diocèse de Limoges, travaillant et demeurant actuellement paroisse de Lainsecq. (ADY 3 E 57 10)

-  12 juin 1786 - Provisions pour justice particulière : Provisions accordées à Hubert Pain, notaire à Leugny, comme lieutenant en la justice du Deffand, Buisson-Hery, Banny, Grangette, Collangette et Ferrières par Edme Hilaire Garnier des Chesnez, écuyer , seigneur dudite justice et conseiller de Monseigneur Frère du Roi en son Conseil, directeur général de son ... et commissaire de sa majesté pour l’administration générale (ADY B477)

-  2 octobre 1786 - Bail à ferme passé devant Me Asselineau, notaire royal au bailliage de Thury, bail à ferme passé entre Joseph Calamard (+20 messidor an 2), régisseur du comte de Lauris et Edme Caillon, demeurant au Moulin et Angélique Rimbault, sa femme, d’un moulin à tour ;, un logement appelé le Moulin de la Tour, dépendant de ladite terre de Thury,tournant par le vent et faisant actuellement de la farine. Le preneur habite depuis le 1er octobre 1784 au pignon de laquelle est un

-  6 juin 1790 - Curé et gros décimateur de cette paroisse de Thury : toutes les dimes de grains, vins, chanvres et autres fruits décimables et agneaux qu’il a encore le droit de percevoir en cette paroisse y compris le Deffand sont à louer et affermer en totalité à pris d’argent. ... toutes lesdites dixmes ont été portées par Prix Grossier, marchand à la Forêt Gallon, hameau de cette paroisse de Thury à 1450 livres qui ont été portées à 1510 livres par M. Mariette. ... (Il s’ensuit devant notaire une enchère publique entre Symphorien Morisset, Prix Grossier, et Sébastien Guillier, charron au Deffand)..... Symphorien Morisset 1650 livres - Prix Grossier 1860 livres - Symphorien Morisset 1866 livres - Sebastien Guillier 1980 livres - Prix Grossier 2000 livres puis Symphorien Morisset 2006 livres. Toutes les susdites dixmes ont été adjugées au dit Morisset ainsi qu’à Jean Richou, manœuvre, Claude Geste, aubergiste et Jean Baptiste Chevau, propriétaire du Colombier, marchand demeurant en cette ville qui se sont joints audit Morisset de son consentement ... . (ADY - G 2554)

-  14 février 1792- François Dumayet, entrepreneur en bâtiments à Bar (Corrèze) s’unit à Thérèse Cagnat et s’installe à Thury. Un de ses fils, Jean-Baptiste en épousant Emelie Honorine Guillier prend la succession de son beau-père,Lazare Guillier comme huissier royal (Celui-ci est peut être enterré au Roichat mais pas la chouette d’or !).

-  29 juillet 1792 - Une "grêle effroyable" provoque sur le territoire de la commune des pertes considérables que les administrateurs nommés par le directoire de Saint-Fargeau évaluent à 34 038 livres 10 sols. (P. Bourgoin op.cit p. 163).

-   Mai 1798 (floréal ou prairial an 6) - Une brigade de gendarmerie à cheval est affectée à Thury à la demande de la Municipalité qui prétextait de l’insécurité réelle de la route passant par la Montagne des Alouettes, où plusieurs agressions avaient eu lieu.(ADY L 1075 - cité par B. Bourgoin pp. 185 & 186).

La brigade s’installa au presbytère avec armes, bagages et cuisinière (la fille d’un des gendarmes). Le cadastre de 1825 montre que le presbytère de l’époque n’était pas celui qui existe aujourd’hui. Il était plus grand et construit perpendiculairement à l’église vers laquelle il semble qu’il y eut un accès direct. Le registre de l’état civil de Thury enregistre la naissance du petit-fils d’un des gendarmes. "

-  19 août 1799 - le 2 fructidor an 7 est accouchée en sa chambre située au ci-devant presbytère dudit Thury, Séverine Roblin, fille de Pierre Roblin, gendarme national à la résidence de ce canton, demeurant à Thury . ... Severine Roblin, épouse en légitime mariage de François Doisleaux, menuisier, demeurant rue Basse Saint Mamet à Auxerre ..." ... déclaration faite par " Pierre Roblin demeurant à Thury, âgé de 56 ans, assisté de Césare Charlot son brigadier, âgé de 39 ans demeurant audit Thury. (ADY 5 MI 929).

-  20 novembre 1799 (29 brumaire an VIII) - Pierre Sagette et Germain Augé, l’un et l’autre meuniers au moulin de Thury, obtiennent chacun 30 francs de récompense pour avoir tué un loup dont ils ont présenté la tête. (ADY 4 E 368, cité par P Bourgoin, p. 164). N.B. Sur un acte de l’Etat civil, Pierre Sagette est qualifié de meunier au moulin du Bois de Mont.

III) du 11 nivôse an VIII à 1900

-  15 septembre 1807 - Loi créant le cadastre général parcellaire en remplacement des terriers de l’Ancien Régime.

-  14 février 1817 - Naissance de Jean-Baptiste Pierre Thiebault (futur vétérinaire de Thury), fils de Pierre Félix Thiébault, marchand mercier à Thury ( originaire de la Haute Marne) et de Françoise Adélaïde Delaflotte son épouse (fille de Grégoire Delaflotte et Marie Rameau, de Thury).

-  11 mai 1825 - Par délibération, le conseil municipal décide la construction d’un lavoir public, à la sortie de Thury sur la route de Saint-Sauveur, lequel sera alimenté par la fontaine Saint-Julien proche.

-  septembre 1825 - Achèvement du cadastre de la commune.

-  1836 : Sur ordre du Roi Louis-Philippe Ier, les maires effectuent le premier recensement nominatif de leur commune, en appliquant les consignes ministérielles.

-  1837 - Les trois foires de Thury eurent lieu respectivement le mercredi 8 mars, le jeudi 15 juin et le mardi 26 septembre. (Annuaire statistique de l’Yonne pour l’année 1837.

-  1837 - Le maire est Me Edme Alexandre Rouger, son adjoint Lazare Guillier, le notaire Me Etienne Doucet et l’huissier Jean Baptiste Dumayet. L’effectif du corps des sapeurs-pompiers volontaires est de 20 y compris les sous-officiers.(Annuaire statistique de l’Yonne pour l’année 1837.

-  1838- le Dr Robineau-Desvoidy écrit dans son " essai statistique sur le canton de St Sauveur " : « La Forterre fournit des hommes qui, sans être d’une taille très élevée, sont parfaitement membrés, ont l’air martial, et ne redoutent pas les exercices militaires : Thury, Fontenoy, se font principalement remarquer par la beauté de leurs conscrits ... Thury acquiert le chiffre si élevé de 46 ans pour terme moyen de l’existence humaine ! peu de communes de France (si toutefois il s’en trouve ) peuvent se glorifier d’une semblable longévité. C’est à Thury que la moitié des décès a lieu de 55 à 95 ans ! et le cinquième de 75 à 95 ans ! »

-  3 mai 1840 - Le conseil municipal sous la mandature d’Edme Rouger décide de demander aux autorités compétentes (évêché et préfecture)d’autoriser la translation hors du village du cimetière communal situé au centre du village devant l’église.

-  25 mars 1842- Toute les autorisations ayant été obtenues, et après enquête d’utilité publique, un terrain d’une contenance de 20 ares est acquis par la commune au lieu dit la Croix blanche appartenant à Jean Angilbert et son épouse Marie-Anne Chevau.

-  11 février 1844- réception des travaux de clôture du nouveau cimetière.

-  21 novembre 1845 - Création d’un bureau de poste Grande rue.(création citée par Pierre Bourgoin. Il se pourrait qu’il ne s’agisse que d’un projet (délibération du conseil municipal) ; la création du bureau de poste ne serait effective qu’en 1882 avec demande d’un bureau télégraphique en 1884-1885.

-  26 octobre 1849 - Vente, pour la somme de 8000 francs,devant Me Doucet, notaire à Thury, du château des Chabannes par M. et Mme Morot-Rouger, héritiers de Me Edme Alexandre Rouger, ancien notaire et ancien maire de Thury décédé en 1848 (la veille des élections nationales).(ADY 3E 57 liasse 133).

-  Décembre 1851 - Insurrection de la Puisaye, après le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte. Jean Baptiste Thiébault, vétérinaire à Thury et Jean-Baptiste Briot, cultivateur à Thury, prirent une part active au soulèvement de la Puisaye contre le coup d’état bonapartiste alors que Frédéric Auguste Guillier, chirurgien à Thury préféra partir, par prudence, en Belgique.

-  De 1852 à 1856 - Les commissions mixtes à travers toute la France condamnèrent puis gracièrent un nombre important de français coupables d’avoir été hostiles (en paroles ou par des actions de protestation) ou simplement d’avoir été soupçonnés d’être hostiles au coup d’état anti-républicain.

-  6 janvier 1852 - Grâce politique pour Jean-Baptiste Briot, condamné à être transporté en Algérie. (Archives Nationales BB 22/139 GP)

-  8 septembre 1852 et 12 février 1853 - Grâces politiques pour Frédéric Auguste Guillier, tout d’abord condamné à la transportation en Algérie, il est gracié le 8 septembre 1852 mais soumis à surveillance. Il est définitivement gracié le 12 février 1853 de sa peine de surveillance. (Archives Nationales BB 22/134 GP et BB 22/162 GP)

-  18 décembre 1852 - Grâce politique pour Jean-Baptiste Pierre (dit Amédée) Thiebault, refugié en Belgique et condamné par contumace à la transportation en Algérie. (Archives Nationales BB 22/142 GP)

-  au milieu du 19e siècle- des Creusois (habitants de la Creuse) réputés comme carriers et maçons se sédentarisèrent à Thury pour y faire souche : les frères Canaud et les Luchat. Déjà le 14 février 1792, François Dumayet, entrepreneur en bâtiment à Bar (Corrèze) en épousant Thérèse Caignat (fille de Germain Caignat et de Jeanne Paris) s’installa définitivement à Thury. Son fils Jean-Baptiste épousa à Thury le 22 mars 1823, Emélie Honorine Guillier (fille de Lazare Guillier et Marie Marguerite Chevau) et prit la succession de son beau-père comme huissier royal.

-  7 mars 1864 - Dans son rapport d’inspection sur l’instituteur en poste, Cyr Alexandre RAOUL, l’inspecteur d’Académie note : « La classe de Thury si elle n’était étayée de tout côté s’écroulerait. Il est urgent de mettre la commune en demeure de reconstruire. Elle a déjà reçu de l’ancien entrepreneur une indemnité de 1600 francs qu’elle a encaissé et qui est destinée à réparer la classe mal construite sur le principe ». (AD89 série T).

-  En 1870, Auguste Charlemagne, maître verrier toulousain, exécuta pour le choeur de l’église les vitraux représentant les quatre évangélistes. Deux d’entre eux sont signés. Il est possible que ce soit le manque de place qui empêcha au montage de conserver la signature sous deux d’entre eux. De plus, au montage, les noms de Saint Marc (dont l’attribut est le lion) et de Saint Mathieu (dont l’attribut est un homme) ont été intervertis.

-  Lundi 5 avril 1877 - Dans "l’Yonne", lettre d’un lecteur relatant la fête qui a eu lieu sur la commune avec illuminations, costumes et défilé d’un char représentant le vaisseau "le Vengeur". (archives familiales - relation de l’article dans le Ptit Thurycois n° 53 de juin 2008)

-  En 1883, Louise Pauline Rouger, fille de l’ancien maire et notaire de Thury, Edme Alexandre Rouger, et épouse de Gabriel Guillaume Morot, juge d’instruction à Sancerre, offrit un vitrail pour le choeur de l’église.

-   20 février et 1er décembre 1884 - Parution dans le journal La Bourgogne , de tendance monarchique et légitimiste, de deux articles fielleux contre Frédéric Auguste Théophile Guillier, ancien chirurgien, officier de santé. (archives familiales - biographie de Frédéric Guillier dans les P’tit Thurycois n° 46 & 47 année 2006)

-  8 août 1897 - Délibération du conseil municipal portant création d’une bibliothèque municipal sous réserve des autorisations administratives nécessaires.

-  1899 - Création de la Bibliothèque populaire communale , sous l’impulsion et avec le financement de Casimir Félix Angilbert, maire de la commune, directeur de société à Paris, propriétaire du château moderne (Second Empire). Plusieurs personnalités, notables et habitants de la commune firent don des premiers ouvrages. Casimir Félix Angilbert fit don de 300 ouvrages et du meuble devant les abriter.Mlle Marguerite Muzard, institutrice à l’école des filles en sera la secrétaire du 15 juin 1911 au 30 janvier 1913.(Source : Livre de création et de gestion de la bibliothèque).

IV) THURY au 20e siècle :

-  Au temps du bonheur > extraits, par Jean-Claude TSAVDARIS.

-  1900 Construction de l’allée des marronniers par Casimir Félix Angilbert. L’allée reliait ainsi la demeure de Casimir Félix à celle de son cousin germain, Alix Angilbert, de 2 ans son cadet.

-  1920-1922 En février 1920 a été voté l’élévation d’un "Monument aux enfants de Thury morts pour la France". Après mise en concurrence en décembre 1921, M. Planton, marbrier à St Florentin (89) emporta le marché pour la somme de 14 600 francs. Le monument fut construit à l’emplacement de l’arbre de la Liberté qui fut déplacé. Ce fut la statue "la Résistance" du sculpteur Charles-Henri POURQUET (1877-1943) qui fut choisie.

-  1925 - Gustave Boisseau, né à Thury le 7 août 1868, ( fils de Louis Clément, cultivateur à Panny et de Louise Joséphine Cormery), instituteur dans la région d’Auxerre, officier d’Académie, sera élu maire de la commune de 1925 à 1947. En 1897 il avait publié, à la librairie Delalain Frères, un ouvrage scolaire en 2 volumes, " Le Vocabulaire de l’Enfance ". Le 1er volume était destiné au cours élémentaire, le second aux cours moyen et supérieur. Il dédicacera ces 2 volumes le 25 décembre 1897 à " M. Angilbert, maire de la Commune de Thury ". Toujours chez Delalain il publiera 3 autres livres scolaires : Le livre du 1er âge, Le livre unique du cours préparatoire et Le livre pratique du cours élémentaire. En 1910 paraitra « Géographie scolaire de l’Yonne », chez Arnon-Calmus à Auxerre. L’ouvrage de 11 pages comporte gravures et cartes. Il sera plusieurs fois réédité. La 35e édition de l’ouvrage comporte un " complément d’histoire locale ".

-  entre 1920 et 1930 - Electrification de la commune.

-  1928 - Projet de l’administration des Beaux-Arts (devenu Monuments Historiques) de classer le portail et la tour de l’église.

-  1935 - 1936 - Un administrateur provisoire a été nommé en 1936 afin de pourvoir l’office notarial vacant après le départ de Me Kerlouegan. Puis le clerc de notaire René Bouloux assurera la suppléance à partir de 1941, jusqu’à sa nomination officielle comme notaire en 1943.

-  1936 à 1939 - Adduction d’eau potable dans le bourg et les hameaux. 80 ouvriers furent embauchés à la tâche pour creuser les tranchées et enfouir manuellement les conduites. Venus d’autres régions ces hommes de peine dormaient à l’extérieur. 4 réservoirs étaient chargés de collecter les eaux, à Panny, sur les Vignes, sur la route de Saint-Sauveur et aux Grands Moulins.

-  Occupation allemande de 1939 à 1945 :

THURY sera occupé par une compagnie allemande, parce que c’était le seul village de Puisaye-Forterre ayant déjà l’adduction d’eau. La troupe campera dans le parc du château Angilbert tandis que les officiers logeront à l’école. L’ancienne poste sera le siège de la "Kommandantur". Les autres bâtiments occupés seront, face à l’école, la maison de l’ancien notaire Kerlegouan, et la maison du garagiste Garnier. Chevaux, vaches, moutons, pommes de terres, moissons, oeufs étaient réquisitionnés par l’occupant ; les animaux regroupés au château sous le contrôle du maire étaient livrés à St Sauveur.

Un jeudi matin, une compagnie allemande transportée par les cars "les rapides de Bourgogne", précédée d’une camionnette équipée d’un canon, arrivèrent sur la commune. La camionnette "half-track" allemande s’installa sur la hauteur au lieu-dit "le Tôt" pour canonner le moulin Butteau où des résistants se réunissaient, le moulin du Buisson et le moulin de Hausse Côte.

Le maquis Fouché, de Lain, (lequel se joindra au Maquis 3 de Saint-Sauveur) se réunissait parfois au Bois de Mont. ... l’abbé Bossuyt, de Thury, avec ses confrères de Mézilles, de Saint-Fargeau, de Pourrain, de Lainsecq et de Sainpuits, prit une part active à la Résistance locale . Ce fut une des caractéristiques de la Résistance en Puisaye. (extrait du CD-Rom "la Résistance dans l’Yonne" par l’ARORY - consultable à la Bibliothèque)

-  Nuit du 25 au 26 juillet 1944 - Un des bombardiers alliés (Lancaster) se rendant au-dessus de l’Allemagne est touché sur Taingy par les tirs d’un Focke-Wulf (mitrailleur de nuit) allemand. Il s’écrase près de Taingy. Il n’y aura pas de survivants. Les aviateurs sont enterrés dans le cimetière de Taingy. (Document consultable à la bibliothèque municipale).

Un autre avion anglais est attaqué au-dessus de Colangette En flamme, après un virage désespéré, il s’abat dans un champ proche (celui-ci sera par la suite rebaptisé "le Bourget") alors que ses occupants ont eu le temps de sauter en parachute. Des morceaux de l’avion seront ramassés par les personnes venues sur place.

-  1948 - Remembrement cadastral. Thury fut l’une des 5 communes pilotes du département avec Sougères, Lainsecq, Sainpuits et Etais.

-  Août 1956 - Comice agricole. Initialement le comice était prévu au chef lieu de canton, mais Robert Barba, maire de Thury, proposa que la commune l’accueille. 

-  1959 et 1962 - Assainissement collectif du bourg.

-  1963 - Le lavoir de la Gerbaude devenu inutile fut recouvert de terre et la source canalisée fut dirigée vers le lieu-dit "les Grands Fossés".

-  4 août 1970 - l’église de Thury est classée Monument Historique par arrêté du 4 août 1970 ; placée sous le vocable de Saint Julien de Brioude, elle est de style gothique flamboyant avec quelques éléments du début de la Renaissance.

-  1973 - Le portail est doté de 3 statues : un Christ bénissant (sur le trumeau) entre St Pierre et St Paul (sur les jambages ou piedroits). Ces statues, d’un bon style, sont l’oeuvre de Jean Georges Poutriquet, sculpteur parisien.

-  Printemps 1983 - Parution du numéro 1 de "Le P’Tit Thurycois"

-  1988 - Pierre Bourgoin publie " A travers les Archives, THURY, un village de Puisaye ".

-  Eté 1989 - Création, à l’initiative du Dr Michel Mourot, de l’Académie de Musique de Chambre de Thury .

-  Samedi 22 octobre 1994 - A 11 heures, inauguration du parvis de l’église, sous la présidence de Charles Axerad, secrétaire général de la Préfecture,en présence de Jean-Pierre Soisson, ancien ministre, député de l’Yonne et de Gérard Morisset, conseiller régional, conseiller général.

-  1995 - Création du lagunage pour le traitement de l’assainissement collectif du bourg.

-  10 mai 1997 Le Conseil Français d’Héraldique réuni en Assemblée générale à Bourges (18) homologue les armoiries de la commune qui portent d’azur à la bande d’argent, accompagné en chef d’un lion du même, armé et lampassé de gueules, et en pointe de deux fleurs de lys aussi d’argent.

-  2000 - Baptême de la nouvelle cloche "Caradeumille"

- Eté 2000 et été 2005 - Spectacle sur l’histoire de Thury par les thurycois (décors,costumes et représentation). Un reportage sur le spectacle de l’an 2000 a été réalisé par André Marquand et mis en ligne par Francis Quartier. Il est toujours visible >> suivre.

-  juillet-septembre 2008 - construction d’une nouvelle cantine pour l’école primaire (cuisine et réfectoire).

 -  2015 - 2016 - Restauration complète de la charpente et de la toiture de l'église sous la direction de Bruno Decaris, architecte en chef des Monuments Historiques.

-   2016 - Pose de la grille en fer forgée en haut de l'escalier d'accès à la terrasse de la tour (financée par moitié par la municipalité et les Amis de l'église)

- 2016 - Restauration du confessionnal par M. Choux, menuisier à Pesselières (Sougères).

-  2016 - Remise en chaux des murs du choeur et ré-ouverture de la porte d'entrée à la tourelle sud.


Vign_Sans_titre_1
 

Blason des Anjou-Mézières,

seigneurs de Puisaye, Thury

et autres lieux

Vign_Thury_Blason_250_x_289_
 
Vign_ThuryAnges5
Cadastre de 1825
Vign_Thury_1825_vue_generale
Demeure de F. Angilbert
Vign_Chateau_Angilbert_19e_b
 
 
Vign_Thury_borne-fontaine
 

THURY dans l'Annuaire de l'Yonne de 1922 - relevé par JFPicot- 29/01/2008

THURY - C.G. n° 3,4 et 73 . Ruisseau de Panny (aux hameaux de Panny et de Moullery ). Dist. du chef-lieu de canton : 8 km 500. Population : 748. Poste & télégraphe. Perception de Lainsecq. BB.BT. Recette buraliste. 2 PI. Foires : 25 février (grains & graines fourragères, étoffes, louée de domestiques), 15 juin et 26 sept. (étoffes). Fête patronale : St-Julien, le 28 août (célébrée le dimanche qui précède si le 28 se trouve être un des trois premiers jours de la semaine et le dimanche qui suit si le 28 tombe un des trois derniers jours).

Carrières de pierre tendre et de pierre dure. - Commerce de noyers ; - Scierie à vapeur. - Fabrication de cure-dents. - Portail monumental du XVe siècle à l’église. Bibliothèque populaire municipale, Président du comité d’organisation, M. Angilbert. - Bibliothécaire, M. Rameau G. - Assurance mutuelle contre la mortalité du bétail : Président : M. Delestre R. ; Secrétaire : M. Merlot Adolphe . Syndicat agricole : Président : M.Guyollot M. ; Secrétaire-trésorier, M. Rameau G. - 1503e section des Vétérans : Président : M. Geste Benjamin. Caisse locale de Crédit agricole : Président, M.Merlot A. ; Secrétaire-trésorier : Luchat G.

Communications : Gare à Lain-Thury, dist. : 4 km. Courrier en voiture, le matin à 6 h. et le soir à 7 h.

Municipalité : MM. Delestre R. , Maire ; Merlot A., Adjoint ;Guyollot, Sensoy, Allard, Girault, Marlot, Belin, Boutron, Bourgoin, Lemoulle, Danjean, Cons. municipaux. Services publics : Instituteur, M. Florentin. - Institutrice de la classe enfantine annexée à l’école des garçons, Mme Florentin. - Institutrice, Mlle Muzard. - Agent-voyer, M. Beaufrère, à St Sauveur. - Receveuse des postes, Mme Garnier. - Facteur local, M .Lejeune. - Facteur télégraphique, Depardieu E. ; Cantonniers, MM. Lécolle, chef & Lenoir, Séguin, Bourand C., Michel. - Sous-lieutenant des pompiers, M. Rameau M. ;- Receveur-buraliste, M. Rameau G.

Services, commerces & industries : Assurances (agent d’) : Rameau G ; (Seine & Seine et Oise), incendie. - Appariteur :Danjean fils. - Arpenteurs :Gauthier H., Merlot A. - Aubergistes : Bucheton, Merlot. -Bal (entr. de) : Bucheton, Rameau G. - Beurre et œufs (mds d’) : Couzon, Morisset. - Bois (mds de) : Cormery. - Bouchers : Cornaille, Cerceau (les mercredis & samedis). - Boulangers : Cagnat, Bourgoin. - Bourrelier : Lenoir. - Briques (dépôt de) : Cormery. - Cafetiers : Rameau G, Mary C. - Carrier : Luchat Clodomir. - Chapeliers : Morisset, Rameau G. -Charcutier : Cornaille .- Charpentiers : Mary, Simon frères. - Charrons : Charrier, Métairy. - Cordonnier : Belin. - Cure-dents (fab. de) : Geste Louis. - Curé : Fromont. - Draperie (Md de) : Couzon E.. - Epiciers : Couzon E., Morisset. - Garde-champêtre : Marlot Octave. - Grains & graines (Md de) : Briot Albert.- Hôtels : Bucheton, Marlot. - Huiliers : Billard, Rameau A. - Jardiniers : Ramillon H., Bertho A. - Maçons (maîtres), entrepreneurs : Canaud C., Luchat Georges, Luchat Clodomir. - Marchand de chevaux : Carré Louis. - Maréchaux : Caillon, Terrain. - Médecin : Dr Barbès. - Menuisiers : Depardieu, Danjean fils, Geste Jules, Geste Louis. - Modiste : Mme Petit. - Notaire : Rameau D. - Noyers (commerce de) : Cormery. - Pâtissiers : Bourgoin, Cagnat. - Perruquiers : Pauron, Rameau Gaston. - Photographe : Lejeune C. - Revendeurs : Vve Danjean, Mme Ramillon. - Robes (ouvrières en) : Mme Lenoir, Mlle Siméon L. & Mmes Pauron, Gauthier, Ramillon.- Sabotier : Morineau. - Sangsues (dép. de) : Rameau. - Scierie à vapeur : Lucas et Cie. - Tabac (débit de) : Rameau Gaston. - Tuiles (dép de) : Cormery. - Vaches et veaux (md de) : Briot Albert. - Vitriers : Danjean, Depardieu, Geste L., Geste J.

Propriétaires : MM Angilbert Félix, Chavance Louis, Vallée Achille, Lemoule Ch., Vve Havoué.

Fermiers : MM. Petit Henri, Guyollot, Blondet J.

© Commune de Thury (89520) tous droits réservés
Créer votre site avec SolidarWeb by Solidarts