THURY 89 - commune de Forterre
Site officiel de la commune (Yonne)
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 

Hommage aux thurycois Morts pour la France en 14-18

Dimanche 3 août 2014 cérémonies mémorielles au Monument aux Morts et au cimetière selon le programme suivant:

- 10h00 - Cérémonie avec la fanfare au monument et au cimetière avec dépôts de gerbe et appel des soldats inscrits sur le monument aux morts.

- 11h00 - Avec la participation de l'Académie de musique de Thury : lecture musicale à l'aquarium - morceaux de piano de musique classique du début du siècle avec lecture d'une lettre de poilu entrechaque morceau

- 12h00 - Vin d'honneur à la salle des Fêtes 

 

Allocution prononcée par Claude Conte, maire, lors de la cérémonie au Monument aux Morts, le 3 août 2014

-Mesdames, Messieurs, chers concitoyens, -L'attentat le 28 juin 1914 par un nationalisme serbe contre l'héritier de l'Empire d'Autriche-Hongrie et son épouse va entraîner toute l'Europe dans la guerre.

-Le 31 juillet l'Allemagne envoie un ultimatum à la France lui demandant la neutralité dans le conflit qui se prépare. Comme garantie de neutralité, l'Allemagne exige de la France la remise des villes de Toul et de Verdun, sachant que la France ne pourra l'accepter.

-Ce même 31 juillet le député et journaliste [Jean Jaurès-> http://jaures89.fr/] est assassiné. Il avait tenté par tous les moyens de sauver la paix. Il pensait que les ouvriers français et allemands pouvaient s'unir dans un mouvement pacifiste irrésistible qui obligerait les gouvernements à trouver une solution non-armée. Il pensait aussi que la République française devait, de par son régime démocratique, se montrer plus raisonnée dans ses réactions que les empereurs russe et allemand.

-Le 1er août l'Allemagne mobilise et déclare la guerre à la Russie. Par le jeu des alliances, la France décrète elle aussi la mobilisation générale. Les affiches sont placardées sur les murs et le tocsin sonne du haut de l'église de Thury comme dans tous les villages de France. -Le 2 août la Mobilisation générale prend effet sur le sol français.

-Le 3 août l'Allemagne déclare la guerre à la France et à la Belgique, ce qui provoque l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne. -Pensant n'être mobilisés que quelques semaines, les premiers contingents de l'été 1914 partent heureux et confiants avec la certitude d'aller reprendre à l'Allemagne l'Alsace et la Lorraine et de venger la France de l'humiliante défaite de 1870.

-La Première Guerre mondiale, catastrophe pour l'Europe, a laissé des plaies profondes dans presque toutes les familles européennes ; elle se fit en grande partie sur le sol français dévastant des territoires entiers. La blessure de la guerre de 14-18 est à jamais inscrite dans notre histoire nationale ; en sortant de cet embrasement qui jeta le monde entier sur les champs de bataille terrestres, maritimes et aériens, la France a perdu un million quatre cents mille hommes. Pour la survie même de la France en tant que nation libre et démocratique, dans des conditions souvent inhumaines, nos soldats se sont battus pendant quatre années, au-delà de leurs propres limites. -A l'arrière du front, les femmes, les mères, les enfants et les hommes trop âgés ont accompagné les combats, en faisant vivre, jusqu'à la victoire, nos villages et nos villes.

-Vingt-sept pour cent des hommes de 18 à 27 ans sont morts ou ont disparu. Peu de familles françaises ont été épargnées, toute une génération de Français a été sacrifiée. Souvenons-nous de tous ceux, français de métropole et des colonies qui se sont battus, avec l'aide des alliés, pour la défense de la France. Ils se sont battus pour que soient conservées nos institutions nationales, nos coutumes et nos lois et pour que la France ne devienne pas une grande province annexée d'un Empire étranger. 14-18 fut un événement majeur dans l'histoire de notre pays mais aussi dans l'histoire de l'Europe et du Monde.

-La France n'est rien sans ce que tous les français, du plus humble au plus puissant, ont bâti en commun au fil des siècles. L'histoire d'un pays, le ciment de son unité, c'est non seulement le vivre ensemble mais aussi ce sont les institutions élaborées avec l'accord de tous au service de tous. C'est cela que les poilus ont défendu face à un impérialisme conquérant.

-Nous sommes réunis ici pour nous souvenir de tous les thurycois qui connurent l'enfer des tranchées, qui y sont morts ou qui mourront plus tard à l'hôpital des suites de leurs blessures. -Souvenons-nous aussi de ceux qui sont revenus dans leurs foyers, gardant dans leurs chairs ou dans leur mental des blessures inguérissables.

-La Première Guerre mondiale, c'est l'histoire collective d'une des plus grandes souffrances infligées aux êtres humains parce que le progrès technologique a été mis, comme bien souvent, au service du mal, c'est-à-dire des intérêts particuliers, et ici, au service des projets territoriaux des monarchies des Empires centraux. Et c'est au nom de l'homme, de tous les hommes, qu'il importe, par simple amour et respect de la vie, d'en garder la mémoire.

-Roland DORGELÈS dans son livre Les Croix de bois, témoignage du combattant qu'il a été, écrivait : « Camarades de régiment, parlez de vos morts, parlez en librement ; ils ne mourront pas tant que nous les aimerons ».

-Tous ici, par notre présence, au-delà de l'hommage rendu à nos morts, nous faisons acte de reconnaissance mais aussi de connaissance ; les terribles leçons du passé doivent éclairer notre comportement afin de permettre la construction d'un avenir de paix et de prospérité pour tous les peuples de la terre... ce que Anatole France a résumé en disant « Ne perdons rien du passé car c'est avec l'aide du passé que nous construisons l'avenir !».

-A l'heure où tous les combattants de cette guerre ont disparu, pour témoigner de l'horreur de la violence subît durant quatre longues années et nous souvenir de tous les thurycois combattants, il nous reste non seulement les noms gravés sur le Monument mais aussi les photos, les écrits, les décorations et les objets précieusement conservés dans les familles.

-Nous remercions ceux et celles d'entre vous qui, en prêtant leurs souvenirs familiaux, permettront l'exposition prévue pour les Journées du Patrimoine. -Nous remercions aussi tous les bénévoles qui se sont chargés de cette cérémonie et de l'exposition prochaine.

-Nous remercions enfin les bénévoles qui, aidés par les employés communaux, ont restauré le carré militaire du cimetière, ont fixé le mât recevant les couleurs et nettoyé le Monument aux morts. -Ce Monument c'est le souvenir de l'immense souffrance de nos grands-parents qu'on a envoyés par milliers conquérir à nombreuses reprises des morceaux de collines, des lopins de terre éventrés, parfois uniquement pour la gloire de quelques chefs militaires !

-38 thurycois, par naissance ou par alliance, morts au cours de la 1ère guerre mondiale y sont inscrits.

-Chacun de ceux-ci va être appelé par Jean-Sébastien Millot et Antonin Bourgoin. Après l'appel de chaque nom nous dirons collectivement « Mort pour la France ». Puis une minute de silence sera observée après la sonnerie aux morts. Nous nous rendrons ensuite au cimetière pour le lever des couleurs et le fleurissement des tombes des soldats décédés au cours du conflit.

Morts pour la France
© Commune de Thury (89520) tous droits réservés
Créer votre site avec SolidarWeb by Solidarts