THURY 89 - commune de Forterre
Site officiel de la commune (Yonne)
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_Thury_Noe_endormi

 (Bas de l'oculus du porche : Booz endormi (in "le livre de Ruth")

L'EGLISE de THURY à travers les âges, à partir de  divers documents

d’archives, études et parutions.

Recherches 2007-2014-  M.A.J. 2017 - J-F Picot © Tous droits réservés                         

L’érection de Thury en paroisse se situerait entre 432 et 446, selon l’abbé Raffiot,curé de Thury, dans son petit opuscule (1897) sur les vies de Saint Julien de Brioude et de Saint Caradeu (arch. pers). En effet, St Germain, 6ème évêque d’Auxerre venu à Saints (en Puisaye) pour reconnaître les reliques de St Prix et de ses compagnons assassinés et fonder un monastère sur le lieu de leur sépulture, s’arrêta à Thury pour l’ériger en paroisse.

Evénements datés concernant la paroisse, l’église & la cure de Thury

-  578 - Saint Aunaire, 18e évêque d’Auxerre dénombre, lors du synode qu’il réunit à Auxerre, 37 paroisses dans son diocèse, dont Thury. Il ordonne alors, dans son Règlement liturgique, des prières perpétuelles dans tout son diocèse. Chaque paroisse avait son jour de prières et le tour de chaque paroisse revenait chaque mois. Ce fut, pour l’église de Thury le 27 de chaque mois (cité dans le Cartulaire général de l’Yonne du 6e au 13e siècles, dépouillement par M. Quantin , 1860 : Epistola Pelagii pape urbis Rome ad Aunarium Autissodorensum episcopum - 1) die Kalendarum januarii, civitas cum clero et populo rogationes faciat - XXVIII die, Tauriacus cum suis, de Aunario, An 572-603 PC. (aux Archives départementales de l’Yonne (AD89).

-   En 696 - St Tétrice, 23ème évêque d’Auxerre, ordonne que la 4e semaine des calendes d’avril et d’août (calendrier julien), l’église de Thury desservirait la cathédrale St Etienne : "Kalendes Apriles IV EbdomadaTauriacus, de Tetrico, An 691 -706" (Relevé de l’abbé DURU in Bibliographie historique de l’Yonne aux AD89).

-  2 avril 836 -L’empereur (imperator augustus) Louis le débonnaire rappelle que lorsque saint Benoît vint au monastère Sainte-Colombe de Sens pour opérer la réforme, il attribua spécialement aux moines les villæ de Morus, Sermaise, Tauriacus, Villeperrot, etc. ... « Tauriaci villam cum omnibus ad se pertinentibus », ... avec tout ce qui lui appartient - (Cartulaire de l’Yonne, tome 1 - 26).

-  Le dimanche 26 juin 841, "après la bataille de Fontenoy en Puisaye les évêques du camp de Charles le chauve et Louis le Germanique tinrent concile (conseil) dans l’église de Thury afin de délibérer sur le sort des ennemis tués au combat.

-  1147 - Bulle du pape Eugène III, confirmant que l’église de Thury dépend de l’abbaye augustine de St Laurent de Cosne ( Abbé J. Lebeuf,Histoire civile ... tome 2. preuves p. 265 - cité aussi par P. Bourgoing pp.71 et 108).

-  1369 - 1370 - « Comptes de procuration pour les années 1369 et 1370 : in archipresbiteru pusaye : restae beneficia : ... curatus de Thuraco - debet ut supra solvit 105 sols - Remiss. 105 s. » (A. Longnon - Pouillé de la province de Sens)- (aux AD89)- Un "pouillé" (pouillé, pueillé > rentes, registres de compte) était un registre des biens et des bénéfices ecclésiastiques d’une région ou d’un diocèse. La cure de Thury inclus dans l’archiprêté de Puisaye devait rapporter 105 sols à son seigneur ecclésiastique pour les années 1369 et 1370.

-  14e siècle - « fragment d’un compte du XIVe siècle- diocèse d’Auxerre : de Thoriaco : uicesima : 20 s. (A. Longnon - Pouillé de la province de Sens).

Les conditions faites par le seigneur ecclésiastique (abbaye St Laurent de Cosne) au vicaire desservant la cure de Thury sont elles aussi revues à la baisse en raison de la ruine de l’économie française au cours de cette période. La cure est seulement imposée 20 sols au lieu de 105 en 1369 et 1370.

-  Fin 15e siècle - « Pouillé de la fin du XVe : ecclesie parrochiales ad presentationem abbates S Laurentii  : deThoriaco : 4 lb t ( 4 livres tournois) - in archipresbiteratu Puisae (A. Longnon - Pouillé de la province de Sens).Rappel : L’église de Thury n’est pas du domaine temporel de l’évêque mais de celui de l’abbaye St Laurent de Cosne, tandis que la terre fait alors partie des possessions de Chabannes en Puisaye.

-  9 juillet 1521 Françoys Faulconnier ymagier à Auxerre fait marché avec Antoine Cas pour faire de son métier la vie de Saint Jean en huit histoires pour le portail de l’église de Thury ... (Archives départementales de l’Yonne).

-  1568 - A Donzy, les moines de St Caradeu cherchent un abri sûr, loin du passage des armées des 2 camps, pour y déposer les reliques de leur saint Patron. Ils choisissent Thury qu’ils desservent.

-  1587- Pillage de Thury par les reîtres rejoignant les armées de Henri de Navarre, futur Henri IV. Les reliques sont profanées. Edme Morin, vicaire, Gilles Chevau, procureur fiscal,Pierre Coulon, Jules Imbault,et d’autres paroissiens recueillirent les reliques et en dressèrent le procès-verbal. (ADY G 1666 et documents de la châsse de St Caradeu).

-  1612 - 21 mars : Messire Jehan Hazard, chanoine régulier de St Martin de Nevers prieur-curé de Thury dépose dans une nouvelle châsse, financée par la Confrérie de St Caradeu,  les reliques de leur saint patron en y joignant un parchemin les authentifiant. Le document est signé par les thurycois qui les sauvèrent en 1587.

-  1632 - 7 décembre : Messire Jehan Laisné, nouveau prieur-curé fait ouvrir la châsse de st caradeu pour en vérifier le contenu. Il en dresse un procès-verbal qui sera signé par Léonard Morin, procureur fiscal,Jacques Raquin, vicaire, François Lyzon, N. Symonneau et autres (Archives paroissiales). La confrérie du Rosaire est installée dans l’église depuis 1632. ( Etat de la paroisse de 1683 - ADY G 1666 ).

-  14 octobre 1646 - Baptême de Hiaphard Marad, turc de Rhodes, à Thury, sous le nom de Jean Laroche.(BMS Thury 1646)

-  1662 - « Le 14e jour de septembre 1662 environ l’heure de minuit est décédé Messire Jean Lané, prêtre chanoine de l’église collégiale de St Caradeu de Donzy. Lequel après avoir reçu tous les sacrements de l’église a été inhumé devant le grand autel de cette église » (BMS 1607-1970 vue 402)

-  1665 - « Le 4e jour du mois d’octobre 1665 est décédée Mademoiselle Jacqueline de Grailly en la communion des Saints après avoir reçu les Saints Sacrements. Elle était âgée de soixante-quinze ans ou environ et a été inhumée dans l’église de Fontenoy qui est le lieu de sépulture de Messieurs du Deffand. » BMS Thury 1607-1970 vue 408)

-  20 juin 1676 - Inventaire des biens de l’église. (ADY G 1666 ).

-  19 avril 1679 - Etat de la paroisse de Thury : 900 âmes - 500 communiants (individus autorisés à communier) - 400 enfants. (ADY G 1666).

-  1er mai 1683 - Etat de la paroisse de Thury : 450 communiants - 350 enfants. (ADY G 1666). 
- 
1684 - « Je soussigné Prieur curé de Thury certifie avoir béni la grosse cloche le 1er jour de mars (1684) dédiée à St Julien patron, dont les parrain et marraine étaient Messire Louis du Deffand, seigneur de ce lieu et Damoiselle Anne Letort de Villemandor et la petite cloche le 26 avril dédiée à St Caradeu, (dont les parrain et marraine) sont Messire Armand François de Menou, seigneur de Nanvignes et Dame Madeleine du Deffand ainsi qu’il est inscrit sur les cloches » (BMS 1679-1738 vue 43)

-  1er mai 1683 - Etat de la paroisse de Thury : Au Deffand, il existe une chapelle "tenante au château". (ADY G 1666).

-  22 août 1688 - Mgr André Colbert (frère du surintendant), 102e évêque d’Auxerre, fait effectuer la translation des reliques de St Caradeu dans la nouvelle châsse en bois doré qu’il a demandé - vérification est faite du certificat du 21 mars 1612 authentifiant lesdites reliques. (liasse de documents ADY G 1666 & documents de la châsse ).

-  1693 - Le prieur-curé constate que "la dîme des grains a été bien faible " en raison de la grêle et des vents dont ils ont été battus". (Relevé par Pierre Bourgoin, op. cit p. 162).

-  circa 1700 - "Etat des rentes et biens de la fabrique de Thury et des titres les concernant", dont : "Une rente de 4 livres et 2 poulets (due) par Filippe Durville, par sentence rendue en la justice de Grangette le 12 août 1708". (ADY G 1666).

-   1741- « Ce 3 juillet 1741 a été bénite par moi soussigné une cloche qui a été nommée Jacquette Louise. Elle a eu pour parrain Messire Jacques Nigot, conseiller du roi en tous ses conseils, président en la Chambre des Comptes de Paris, seigneur de St-Sauveur, St-Marceau, Les Barres, Rivière et autres lieux, lequel a été représenté par Maître Charles Alexandre Lemaitre, sieur de St-Maurice, avocat en Parlement, bailli de St-Sauveur ; et pour marraine Haute et Puissante Dame Louise Antoinette du Deffand, veuve de Messire François de Castellane de Lauris, chevalier, seigneur marquis d’Ampus, Dame de Thury et autres lieux, représentée par Madame Marie Anne Dautin, épouse de Maître Jean Vée, lieutenant de Thury, lesquesls ont avec nous signé » (BMS 1739-1748)

 -  1755 - « L’an 1755 le 21e jour d’Août en vertu de la commission de Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime Evêque d’Auxerre en date du 27 juillet de cette présente année signée Jacques Marie (de Caritat de Condorcet) évêque d’Auxerre et plus bas par Monseigneur Bayle aussi paraphée, à nous adressée, je soussigné prêtre curé de Sainpuits avoir donné la bénédiction à une cloche sous le nom de St Médard et fait les cérémonies requises en pareil cas en présence de Messire Jacques Médard Lainé, prieur curé de ce lieu, Etienne Chevau, Nicolas Guerrin recteur des écoles, Simon Nepveu laboureur, Laurent Roux de Sainpuits, Claude Blanchard de la même paroisse et autres qui ont déclaré ne savoir signer à l »exception des soussignés : Guérin, Neveu, Chevau, Laisné curé de Thury, Roux, Chrétien curé de Sainpuits

-  1755 - "Le 29 septembre, une grêle épouvantable a brisé tous les vitraux de l’église." (ADY BMS Thury). Il semblerait qu’il ne s’agit que des vitraux du chœur.

-  1764 - "Un incendie a mis en cendres le bourg de Thury, excepté la maison seigneuriale, le presbytère et l’église. Celle-ci n’a échappé aux flammes que par les efforts de M. le comte de Lauris, seigneur de Thury. Le 4 octobre 1764, le subdélégué de Gien promit de venir au secours des incendiés". ( ADY BMS Thury 1764 ).

-  1773 - Prieuré cure de Thury : baux à dîmes. (ADY - G 2554 archives ecclésiastiques ).

-  5 juillet 1777 - Bail à ferme fait par le sieur Joseph Mariette, curé de la paroisse de Thury à Jacques Chevau, manœuvre demeurant à Panny, paroisse de Thury, et Jacques Chevau, laboureur demeurant à Gemigny, devant Me Asselineau, notaire royal à Thury. ... Loué et affermé pour 9 années consécutives la moitié de la dixme dans toute l’étendue du finage et territoire vulgairement appelé la dixme de « Dela l’eau ».... Le dit bail fait moyennant 87 livres et 1 paire de poulets par chaque année. (ADY - G 2554).

-   28 09 1778 - Bail et ferme à prix d’argent pour le temps terre et espace de 9 années : Par devant notaire au duché de Nivernois et Donzois, Joseph Mariette, chanoine régulier de l’ordre de Génovéfains, congrégation de France, prestre prieur curé dudit Thury, au sieur Symphorien Morisset, marchand à Moullery, pour 1800 livres pour chacun an et payable en trois paiement égaux de quatre mois en quatre mois, plus chacun an au recteur des écoles quatre bichets et demi de grains maiteils et orge , moitié rapé moitié comblé....(ADY - G 2554)

-  14 09 1778 - « L’année 1778 la cloche a été remontée dans un beffroi neuf ». Pour tester la solidité du nouveau beffroi les menuisiers ont fait sonner la cloche »... cela fut à l’origine des divers conflits entre l’abbé Mariette, prêtre et Louis Joseph Marie André Gabriel Comte de Lauris, capitaine de cavalerie, seigneur de Thury, la Forest Gallon et autres lieux. « Supplique d’Antoine et Germain Durville, sonneurs de la paroisse de Thury ». (ADY - G 1666).

-  1778 - 1779 - Différentes lettres de l’abbé Mariette et du comte de Lauris sont envoyés à l’évêque d’Auxerre sollicité comme médiateur (à côté des procédures judiciaires engagées et dont Antoine et Germain Durville, sonneurs de la paroisse de Thury font aussi les frais). Nous y apprenons dans une des lettres du comte que celui-ci demande que l’évêque lui fasse réponse à l’adresse suivante : « Rue et Hôtel du Berry au Marais » il y déclare « l’abbé Mariette monte mes paysans contre moi, leur seigneur ». (ADY - G 1666).

-  29 mai 1786 - Devis des ouvrages de maçonnerie par Martial Philippon, maçon, passé devant Me Asselineau, notaire royal au bailliage de Thury : « Devis des ouvrages de maçonnerie qu’il convient de faire pour la construction d’une maison à Thury destinée à loger le vicaire de ladite paroisse de Thury, sur un terrain de 30 pieds de longueur et de 28 pieds de large, sur lequel existe un vieux pignon. Elle sera composée d’une chambre avec cheminée du côté du midi, d’un cabinet tirant leurs jours du côté d’orient, d’un corridor entre lesdites chambres et cabinet que je déterminera au milieu de la susdite largeur de 28 pieds ... » Présents Jean Baptiste Desleau, procureur fabricien, sieur Edme Pichon, marchand, Edme Fron, laboureur et Louis Fron, marchand, Martial Philippon, maçon et tailleur de pierre de la paroisse de St Médard, diocèse de Limoges, travaillant et demeurant actuellement paroisse de Lainsecq. (ADY 3 E 57 10)

-  6 juin 1790 - Le sieur Mariette, « curé et gros décimateur de cette paroisse de Thury : toutes les dimes de grains, vins, chanvres et autres fruits décimables et agneaux qu’il a encore le droit de percevoir en cette paroisse y compris le Deffand sont à louer et affermer en totalité à pris d’argent. ... toutes lesdites dixmes ont été portées par Prix Grossier, marchand à la Forêt Gallon, hameau de cette paroisse de Thury à 1450 livres qui ont été portées à 1510 livres par M. Mariette. » ... Il s’ensuit devant notaire une enchère publique entre Symphorien Morisset, Prix Grossier, et Sébastien Guillier, charron au Deffand..... Symphorien Morisset 1650 livres - Prix Grossier 1860 livres - Symphorien Morisset 1866 livres - Sebastien Guillier 1980 livres - Prix Grossier 2000 livres puis Symphorien Morisset 2006 livres. Toutes les susdites dixmes ont été adjugées au dit Morisset ainsi qu’à Jean Richou, manœuvre, Claude Geste, aubergiste et Jean Baptiste Chevau, propriétaire du Colombier, marchand demeurant en cette ville qui se sont joints audit Morisset de son consentement ... ». (ADY - G 2554)

- Mercredi 6 novembre 1793  - 16 brumaire an VI à Thury, Joseph Mariette, ci-devant curé de Thury se marie avec sa gouvernante, Edmée Catherine FRON (1742-1806). Il signe l’acte de mariage : «  Mariette curé de Thury". (BMS Thury an VI)

- Mai 1798 (floréal ou prairial an 6) - Une brigade de gendarmerie à cheval est affectée à Thury à la demande de la Municipalité qui prétextait de l’insécurité réelle de la route passant par la Montagne des Alouettes, où plusieurs agressions avaient eu lieu.(ADY L 1075 - cité par B. Bourgoin pp. 185 & 186).

La brigade s’installa au presbytère avec armes, bagages et cuisinière (la fille d’un des gendarmes). Le cadastre de 1825 montre que le presbytère de l’époque n’était pas celui qui existe aujourd’hui. Il était plus grand et construit perpendiculairement à l’église vers laquelle il semble qu’il y eut un accès direct. Le registre de l’état civil de Thury enregistre la naissance du petit-fils d’un des gendarmes. "

-  19 août 1799 - « le 2 fructidor an 7 est accouchée en sa chambre située au ci-devant presbytère dudit Thury, Séverine Roblin, fille de Pierre Roblin, gendarme national à la résidence de ce canton, demeurant à Thury . » ... « Severine Roblin, épouse en légitime mariage de François Doisleaux, menuisier, demeurant rue Basse Saint Mamet à Auxerre ... » ... déclaration faite par « Pierre Roblin demeurant à Thury, âgé de 56 ans, assisté de Césare Charlot son brigadier, âgé de 39 ans demeurant audit Thury ». (ADY 5 MI 929).


-  An IX (1800) - Réparations sur l’église et le presbytère. (AD89 - AM5 sous série 2-0)

-  1838 - Refonte de la cloche. (AD89 - AM5 sous série 2-0)

-  1842 & 1843 : Construction du presbytère de Thury (AD89 - 2O3722 Commune Thury)

- Projet de construction d’un nouveau presbytère dans la commune suivant le projet dressé par M. E. Leblanc, architecte, le 5 mars 1842, approuvé le 18 avril 1842 pour 8008 francs 94 centimes non comprise une somme de 245 F 79 pour dépenses imprévues.


- La construction se fera en partie à l’emplacement de l’ancien presbytère et les matériaux de démolition seront réutilisés.


- Les travaux communaux seront soumis à adjudication en date du 18 mai 1842 en exécution de la décision de M. le Préfet de la République en date du 8 avril 1842 :


- Les entrepreneurs faisant les soumissions avec rabais au cent, le franc offert, sont : 1) Moricard Nicolas 2) Billon François 3) Pierre Jean-Baptiste & Canaud Simon 4) Luchat Jean


- Les travaux exécutés seront en 1842 et 1843 par Jean-Baptiste PIERRE et Simon CANAUD, entrepreneurs habitants à Thury, par adjudication en date du 18 mai 1842 pour 8200 Francs  92 centimes.


- Les décomptes des travaux du presbytère sont approuvés par le conseil municipal le 10 février 1844.

-  1844 - 1845 - Réparations à la toiture de l’église et aux voûtes du clocher. (AD89 - AM5 sous série 2-0)

- 1870 - Auguste Charlemagne, maître verrier toulousain, exécuta pour le choeur de l’église les vitraux représentant les quatre évangélistes. Deux d’entre eux sont signés. Il est possible que ce soit le manque de place qui empêcha au montage de conserver la signature sous deux d’entre eux. De plus, au montage, les noms de Saint Marc (dont l’attribut est le lion) et de Saint Mathieu (dont l’attribut est un homme) ont été intervertis.

-  1870 – Pour couler des canons lors du conflit contre la Prusse, Napoléon III fit faire descendre 2 cloches. Il offrit en contre-partie un superbe ostensoir en argent.

-  1883 - Louise Pauline Rouger, fille de l’ancien maire et notaire de Thury, Edme Alexandre Rouger, et épouse de Gabriel Guillaume Morot, juge d’instruction à Sancerre, offrit un vitrail pour le choeur de l’église.

-  Entre 1872 - 1928 - diverses Réparations à l’église et à la tour. (AD89 - AM5 sous série 2-0)

-  1898 - 1899 - Interdiction de l’accès à la plate-forme de la tour. (AD89 - AM5 sous série 2-0)

-  1900 - .... Voir les registres des conseils municipaux 

-  13 décembre 1923 – Le conseil municipal sursoit à l’adjonction d’une sonnerie à l’horloge en raison du montant trop élevé du devis proposé par la maison Garnier, le montant étant de 6910 francs.

-  1927 - 1927 – La cloche restante étant abîmée par la foudre elle fut conduite en gare de Lain-Thury par M. Briot pour être confiée à un maître saintier afin d’être restaurée

-  4 août 1970 - Classement de l'église  "Monument Historique" par arrêté du 4 août 1970 sur un dossier préparé par Georges Beaune et appuyé par Jean-Pierre Soisson.

-   1973 - Le portail est doté de 3 statues à la demande de l'abbé Lair, desservant, avec l'accord de l'évêché et grâce au financement de la famille Beaune : un Christ bénissant (sur le trumeau) entre St Pierre et St Paul (sur les jambages ou piedroits). Ces statues, d’un bon style, sont l’oeuvre de Jean Georges Poutriquet, sculpteur parisien.

-  1975 - Restauration de la tour et du portail architecte Bernard Collette

-  1980 - Tornade qui abat 2 pilastres et troue le toit

-  Automne 1990 - Georges Beaune, conseiller municipal, propose en réunion de conseil par un croquis la mise en place d'un parvis conjointement à un aménagement des abords de l'église voire du centre du bourg. Lors de la réunion suivante, G. Beaune fut chargé par le Conseil municipal de prendre contact avec la D.D.E. afin de connaître les démarches à suivre.(Ptit Thurycois n° 23 fév. & mars 1995)

    Le devis global de l'aménagement du centre du bourg et de la construction du parvis s'élevait à 850 000 F (H.T.). En l'absence de subventions suffisantes  il fut décidé de ne réaliser, en un premier temps, que le parvis de l'église. L'étude du projet global s'éleva à  65 250 francs H.T. financée par une D.G.E. de 50 % et une subvention du Conseil Régional de 30 %, le solde de 12 950 francs furent prélevée sur les fonds libres de la  Commune.

-   20 mai 1991 - Déclaration à la préfecture de l'Yonne de la création de l’association "Les Amis de l’église de Thury". Objet : sauvegarde et mise en valeur de l'église de Thury. Siège social : mairie 89520 Thury. Président, Jacques Bounolleau - Président d'Honneur André Grossier, maire - Vice-président, Dr Michel Mourot - Secrétaire, Madeleine Roy - Georges Beaune, co-fondateur de l'association & trésorier.(J.O. N° 26 - 123e année 26 juin 1991)    

-  1994 - Réalisation du parvis de l’église pour un montant de 310 000 francs HT,  financée par une DGE de 35%, une subvention FEDER de 25% complétée d'un financement de  6% du Conseil Régional, et une subvention spécifique du Conseil Général de 12 900 francs . "Le solde a été financé sur les fonds libres de la commune et pour une bonne partie par un don de la famille Beaune" (discours d'André Grossier lors de la réception du parvis

- Samedi 22 octobre 1994 - à 11 heures, inauguration du parvis de l’église, sous la présidence de Charles Axerad, secrétaire général de la Préfecture,en présence de Jean-Pierre Soisson, ancien ministre, député de l’Yonne et de Gérard Morisset, conseiller régional, conseiller général.

-  1995 - Restauration des abat-sons et de la tour - Mise en place du musée de l'église dans la tour avec  son exposition temporaire

-  2000 - Baptême et installation de la cloche de l’an 2000 du nom de « caradeumille »en référence à St Caradeu patron secondaire de l’église. Elle fut baptisée le 9 avril 2000 par l’abbé Paul Caillieux, doyen de Puisaye-Forterre en présence d’André Grossier, maire, des marraines Madeleine Roy & Gisèle Beaune et du parrain Michel Mourot

-  2005 - Aménagement et restauration des 4 niveaux de la tour. 1er : art sacré - 2e : salle lapidaire et archéologie - 3e : le beffroi et les cloches - 4e :la terrasse panoramique & ouverture du trésor au public

-  2012 - Construction de la grille de la tour en fer forgé par Franz Baixas (Treigny)

-  2013 - Installation du vitrail blasonné au niveau 2e par le maître vitrailleur Guillaume Defert (Auxerre)

-  2013 - Réception de la statue de Saint Julien (17ème) don privé

- 2014 - Restauration du reliquaire de saint Caradeu par le doreur Stéphane Christophory (Auxerre)

-   2015 - 2016 - Restauration complète de la charpente et de la toiture de l'église sous la direction de Bruno Decaris, architecte en chef des Monuments Historiques.

-  2016 - Pose de la grille en fer forgée en haut de l'escalier d'accès à la terrasse de la tour

- 2016 - Restauration du confessionnal par M. Choux, menuisier à Pesselières (Sougères).

-  2016 - Remise en chaux des murs du choeur et ré-ouverture de la porte d'entrée à la tourelle sud.

-  2017 - Eclairage intérieur de la charpente de l'église et étanchéité de la terrasse de la tour.

 

Association

Les Amis de l'Eglise

 

Travaux de l'église

Pour visiter l'église
Nuit des Eglises
Vign_Nuit_des_eglises_FB
 

VIDEO :  L'église de Thury au péril de sa toiture

 
Vign_Thry_Fondation_du_Patrimoine
 
Vign_Tour_eglise_vitrail_blasonne

2013 - pose du vitrail blasonné à l'horloge de la tour

 
 
Vign_Thury_1521

Marché du portail de l'église passé en 1521 entre le maçon Cas et le maistre ymagier Françoys Faulconnier (AD89)

Cité par l'Abbé Lebeuf in " Histoire .... d'Auxerre"

Mort de St Jean Baptiste
Vign_Eglise_sculpture_porche_mort_de_St_Jean_Baptiste_
 
Vign_St_Caradeu_Proves_verbal_de_1612

Procès verbal de 1612 relatif aux reliques de St Caradeu (AM & AD89)

Griffon de toiture
Vign_Thury_eglise_sculpture_toit
Concession de stalles
Vign_Concession_stalles

Archives familiales

 
Vign_InterieurPetit
 
Vign_ChevetPetit
 
Vign_THURY_1662_inh_Jean_Lane
 
Vign_THURY_Cloche_1_mars_1684
 
Vign_THURY_Cloche_1755
© Commune de Thury (89520) tous droits réservés
Créer votre site avec SolidarWeb by Solidarts